Comment être anonyme sur internet ?

De base quand nous utilisons internet nous laissons des traces sur chaque site que nous visitons. Elles permettent notamment de récolter des données sur nous et ainsi d’alimenter le fameux big data. Pourtant nous sommes nombreux à vouloir naviguer de façon plus anonyme. Quels sont les moyens pour être anonyme sur internet ?

Identifiés par notre adresse IP

En dehors des comptes auxquels on s’inscrit pour profiter d’un service particulier, c’est notre adresse IP qui permet aux sites de nous reconnaître. Plus précisément, il s’agit de notre adresse IP publique, celle définie par notre FAI (fournisseur d’accès internet).

En effet, il existe deux types d’adresses IP : publique et locale (privée). L’adresse IP publique est celle associée à notre réseau. Autrement dit, quel que soit l’appareil depuis lequel nous nous connectons, l’adresse IP publique du réseau sera transmise aux sites web que nous visitons ou aux applications utilisant internet.

Aujourd’hui, la plupart des adresses publiques sont encore au format IPv4 (32 bits), même si le format IPv6 (128 bits) est également disponible. Globalement, une adresse IP publique prend la forme de 4 numéros séparés par un point : xx.xx.xx.xx. Chaque numéro est compris entre 0 et 255.

Concernant l’adresse IP locale elle diffère pour chaque appareil connecté au réseau. De base, une adresse locale à la forme suivante : 192.168.1.x ou « x » correspond à un numéro spécifique à l’appareil.

Peut-on changer son adresse IP pour être anonyme sur internet ?

Il est possible de changer manuellement l’adresse IP locale d’un appareil. Cela n’est pas vraiment utile, hormis pour des applications précises. Dans tous les cas, changer l’adresse IP locale de chaque appareil ne garantit pas plus d’anonymat puisque c’est l’adresse IP publique qui nous identifie.

Selon votre FAI et l’offre à laquelle vous avez souscrit, il peut s’agir d’un IP statique ou dynamique. L’adresse IP statique ne change jamais, tandis que la forme dynamique change automatiquement. Dans tous les cas, il est impossible de changer une adresse IP publique manuellement. La seule astuce, dans le cas d’une IP dynamique, est d’éteindre sa box puis de la rallumer pour bénéficier d’une nouvelle adresse IP. Autrement dit, la démarche est assez longue et ne fonctionne pas à tous les coups. De plus, ce changement ne sert à rien dans certaines situations, et notamment si vous désirez contourner Hadopi.

Pour répondre à la question de départ, non il n’est pas possible de changer son adresse IP publique quand on le souhaite.

Masquer son adresse IP pour être anonyme sur internet

Si on ne peut pas changer son IP, cela signifie qu’on ne peut pas être anonyme ? Eh bien non, car il existe une autre astuce qui consiste à masquer son adresse IP et à la remplacer par une autre IP.

Il existe 4 façons de cacher son IP :

  1. Le proxy
  2. Le VPN
  3. La seedbox
  4. Le réseau Tor

➞ Être anonyme sur internet grâce au proxy

Le proxy consiste à ajouter un intermédiaire entre notre réseau et les services web auxquels nous nous connections. Il s’agit d’un serveur donc le rôle est de dissimuler notre IP et d’utiliser sa propre adresse IP. De ce fait, les services web ne voient pas notre adresse, mais celle du proxy.

Le proxy se configure au sein même de chaque application pour lesquelles on souhaite l’utiliser. Il ne nécessite pas d’installer un logiciel quelconque, et il existe de nombreux proxys gratuits.

Par contre, il ne dissimule pas notre IP sur l’ensemble de notre réseau, mais uniquement sur les applications configurées. Et comme beaucoup d’entre elles ne permettent pas de paramétrer un proxy, l’utilité de ce dernier reste limitée à certaines applications et plus spécifiquement aux navigateurs web. De plus, avec le proxy on ne peut pas profiter du HTTPS et de certaines autres fonctionnalités, tandis que certains sites seront bloqués.

Le débit internet est plus lent avec un proxy, puisqu’il ajouter un intermédiaire supplémentaire.

➞ Être anonyme sur internet grâce au VPN

Parfois confondu avec le proxy, le VPN est pourtant plus complet et fonctionne différemment. Il consiste à transférer la connexion dans un tunnel qui ne passe pas par le schéma classique « modem-serveur FAI-serveur site web ». En effet, à l’instar d’un proxy, notre PC va se connecter à un serveur qui va masquer l’adresse IP et afficher celle du serveur. Les services internet auxquels nous nous connections n’auront pas accès à notre IP.

Cependant, pas besoin de configurer le VPN pour chaque application, puisqu’il s’installe via un logiciel qui dissimule notre adresse IP pour l’ensemble des connexions internet. Le VPN est donc utilisable avec tous les logiciels.

De plus, le tunnel par lequel passe notre connexion est entièrement crypté ce qui garantit encore plus d’anonymat, mais aussi une protection supplémentaire contre les sites frauduleux et les autres menaces.

Toutefois, comme pour le proxy, il en résulte une vitesse de connexion plus lente et parfois instable.

Il existe des VPN gratuits et des VPN payants. Les solutions gratuites sont limitées au niveau du débit et de la quantité de données internet. Et ils sont également moins sécurisés et moins transparents concernant l’utilisation de nos données. Nous conseillons d’opter pour un VPN payant si vous comptez l’utiliser régulièrement.

➞ Être anonyme en P2P grâce à la seedbox

La seedbox s’applique uniquement au P2P puisqu’elle consiste à télécharger et à partager depuis un serveur, au lieu de le faire depuis votre PC.

L’intérêt est double. Non seulement la seedbox permet de profiter d’une vitesse de téléchargement d’upload très rapide (fibre), mais elle sert aussi à contourner Hadopi. En effet, c’est l’adresse IP de la seedbox qui va être identifiée et non la vôtre.

➞ Être anonyme sur internet grâce à Tor

Tor est un réseau composé d’une multitude de serveurs dont l’objectif est de rendre la navigation anonyme. Pour y accéder, il faut installer le navigateur Tor Browser. En passant par ces nombreux intermédiaires, la navigation est anonyme, mais elle est également plus lente.

Tor est également utilisé pour accéder au deep web, c’est-à-dire aux sites non référencés sur le web classique.

ut in diam eleifend tristique eget felis accumsan Sed porta. risus Retour haut de page