Comment contourner Hadopi ?

En 2009, la loi Hadopi a été lancée afin de lutter contre le P2P et plus précisément contre le P2P de fichiers illégaux. Le but est d’empêcher le téléchargement illégal de vidéos et de musiques. Toujours en place, la loi Hadopi s’est révélée peu efficace après plus de 10 ans d’existence. Il faut dire qu’il est assez aisé de contourner Hadopi.

Comment fonctionne Hadopi ?

Pour contourner Hadopi il faut d’abord comprendre son fonctionnement.

Les œuvres concernées par Hadopi

Seules des œuvres cinématographiques, des séries et des œuvres musicales sont concernées par Hadopi. Autrement dit, les téléchargements d’œuvres littéraires, de jeux vidéo, ou de logiciels, n’entrent pas dans le cadre de la loi Hadopi.

Mais même pour les films, les séries et les musiques, seule une petite partie est surveillée par Hadopi. Plus précisément, ce sont les ayants droit qui demandent à Hadopi de surveiller les téléchargements illégaux via l’entreprise nantaise Trident Media Guard.

La surveillance Hadopi s’articule donc autour d’une liste bien précise d’œuvres. En règle générale, il s’agit de grosses productions françaises et de chanteurs populaires français. Autrement dit, le téléchargement d’un film indépendant n’est généralement pas surveillé par Hadopi. Idem pour la plupart des œuvres étrangères qui ne sont pas prises en compte, hormis quelques grosses séries achetées par des chaines françaises.

Comment Hadopi surveille les œuvres ?

Pour repérer les téléchargements illégaux, Hadopi fait appel à l’entreprise Trident Media Guard. Le fonctionnement est relativement simple. TMG partage le fichier illégal sur les principales plateformes de partage, puis il collecte les adresses IP de ceux qui vont télécharger le fichier en question.

Par exemple, pour un fichier torrent, TMG va s’intéresser aux trackers les plus connus pour partager son fichier. Le tracker étant un serveur qui permet de regrouper les différents internautes téléchargeant et partageants un même fichier.

À l’inverse, les trackers moins célèbres et les trackers privés ne sont pas surveillés par Hadopi.

La sanction Hadopi

Hadopi fonctionne selon une sanction graduée. Un mail est envoyé comme 1er avertissement. Si le destinataire continue de télécharger illégalement et s’il est de nouveau repéré dans les 6 mois qui suivent la réception du mail, il reçoit un 2e avertissement sous la forme d’un mail et d’un courrier recommandé. Puis, si la personne est une nouvelle fois repérée comme ayant téléchargé illégalement dans les 12 mois qui suivent le premier mail, une notification est envoyée par courrier afin de le prévenir qu’une poursuite judiciaire pourrait être formulée. Le cas est alors étudié devant la Commission de protection des droits de la Hadopi qui décide si la personne doit être convoquée.

Au final, la peine maximale s’élève à 1500€ d’amende. Mais peu de personnes ont été concernées par rapport au nombre de téléchargements.

Contourner Hadopi

Évitez de télécharger les gros succès à leur arrivée

Si vous ne téléchargez pas les grosses comédies françaises, la série dont tout le monde parle, la dernière Palme d’or, ou la musique qu’on entend partout, vous réduisez considérablement le risque d’être repéré par Hadopi, tout simplement parce que l’œuvre a de grandes chances de ne pas être surveillée.

Et comme la liste est régulièrement mise à jour, les œuvres ne sont plus surveillées au bout de quelques mois. Il suffit donc d’être patient pour les œuvres les plus populaires.

Supprimer le tracker

Pour télécharger un film par torrent il faut passer par un client torrent, c’est-à-dire un logiciel de téléchargement : BitTorrent, µTorrent, qBitorrent… 

Une fois le téléchargement lancé, il est possible de supprimer le tracker, ce qui permet de ne plus être repérable par Hadopi. Par contre, en supprimant le tracker vous ne partagez plus le fichier et si tout le monde procède de la même façon, le P2P disparait. Cette solution est donc limitée.

S’abonner à une seedbox

Une seedbox est un serveur à distance spécialement conçu pour le P2P. Il s’agit d’un service tout à fait légal.

Son fonctionnement est simple puisque comme le téléchargement est effectué depuis la seedbox, votre adresse IP n’apparait pas. Et en choisissant une seedbox installée à l’étranger, Hadopi ne pourra même pas entreprendre la moindre démarche.

S’abonner à un VPN

Le VPN est un réseau privé virtuel qui permet de créer un tunnel crypté et anonyme entre le PC et le serveur auquel il se connecte. Autrement dit, avec un VPN l’adresse IP de l’utilisateur est totalement dissimulée. Il peut donc télécharger sans crainte de se faire repérer par Hadopi.

VPN vs seedbox, quelle solution choisir ?

Ces deux solutions fonctionnent via un abonnement coûtant en moyenne moins de 10€ par mois.

VPN

Avantages du VPN :

  • Cache l’IP pour tous les accès internet depuis la machine sur laquelle est installé le VPN (navigation web, téléchargement, streaming…)
  • Crypte la connexion et offre une protection supplémentaire contre les hackers
  • Nombreuses fonctionnalités personnalisables
  • Permet de passer outre les barrières géographiques (Netflix US…)

Inconvénients du VPN :

  • Débit ralenti
  • Pas d’espace de stockage supplémentaire pour laisser en partage les fichiers

Seedbox

Avantages de la seedbox :

  • Débit très élevé (fibre)
  • Les fichiers téléchargés sont stockés à distance, avec la possibilité de les télécharger ensuite sur le PC
  • La seedbox tourne h24 ce qui permet de laisser en partage les fichiers

Inconvénients de la seedbox :

  • Sert uniquement au P2P

Conclusion

Les deux services sont différents. Si vous avez uniquement besoin d’un outil pour télécharger rapidement et partager sans crainte d’Hadopi, la seedbox est ce qui convient le mieux. Vous pouvez même monter votre propre seedbox avec un serveur dédié à condition d’avoir quelques connaissances en informatique.

Par contre, si vous cherchez un service plus complet, qui vous permet de contourner Hadopi, mais aussi d’utiliser internet de façon anonyme tout en protégeant mieux vos données, le VPN est la meilleure solution.

Dans tous les cas, prenez le temps de bien comparer les offres, car qu’il s’agisse d’un VPN ou d’une seedbox, il existe des écarts entre les différentes solutions.

Évitez les VPN gratuits qui se révèlent trop limités et en particulier pour le P2P.

venenatis porta. tempus felis leo. commodo ut Retour haut de page