Accueil Tutoriels et Guides VPN (Virtual Private Network) Meilleurs VPN pour la Suède

Meilleurs VPN pour la Suède

PARTAGER

À bien des égards, avec une pénétration internet de 94 %, des prix de connexion bien inférieurs à la moyenne européenne et bénéficiant de la septième vitesse internet la plus rapide au monde, la Suède est un paradis pour les internautes.

En plus de cela, la Suède n’a pratiquement pas de censure, et a traditionnellement eu une attitude assez détendue face à la violation de copyright. En outre, la Directive européenne sur la conservation des données (DRD) n’a jamais été appliquée aux fournisseurs de VPN en vertu de la loi locale. Tous ces facteurs contribuent à ce que la Suède soit un endroit idéal pour les fournisseurs de VPN pour localiser leurs serveurs.

Concernant la surveillance, cependant, les choses ne sont pas si roses. Toutes les communications à l’intérieur et à l’extérieur du pays sont surveillées par l’Autorité suédoise de la radio de la défense (FRA) — l’équivalent suédois de la NSA — qui entretient des relations de travail étroites avec leurs homologues américains et qui font pression pour obtenir de nouveaux moyens de surveillance. C’est pour cette raison qu’il est conseillé d’utiliser un VPN pour la Suède.

Les problèmes de VPN en Suède

La Directive européenne sur la conservation des données

La Suède a toujours été très réticente à l’égard de la directive de 2006 sur la conservation des données de l’UE (qui obligeait les fournisseurs de télécommunications à stocker des données telles que les sites web visités, les appels téléphoniques, les courriels envoyés, etc.).

Alors que ce pays n’a pas encore mis en œuvre le DRD en droit local, la Cour de justice européenne (CEJ) a été forcée de rendre une décision exigeant qu’il le fasse, mais quand la loi a finalement été appliquée en 2012, la Suède a réduit la rétention minimale à 6 mois.

En 2013, la CEJ a imposé une sanction de 3 millions d’euros à la Suède pour avoir manqué à ses obligations en vertu du droit européen en retardant la mise en œuvre locale de la DRD pendant si longtemps.

Comme dans la plupart des autres pays européens, la situation demeure donc très incertaine, car la mise en œuvre locale de la loi reste en vigueur, bien qu’elle ait été déclarée invalide par la CJCE.

La situation de la Suède est encore plus compliquée, car suite à la décision de la CJE ISP Bahnhof, les fournisseurs de services internet ont de leur propre initiative non seulement arrêté de recueillir les données des clients, mais ont également définitivement supprimé tous les anciens enregistrements. Et ni l’autorité suédoise chargée des poursuites ni l’administration suédoise des postes et télécommunications (PTS) n’ont manifesté le moindre intérêt à poursuivre la procédure.

VPN pour la Suède : surveillance gouvernementale

Même avant que la Suède n’adopte la loi de la FRA, la Privacy International a classé la Suède comme étant « la deuxième pire en Europe » concernant la protection de la vie privée.

VPN pour la Suède : surveillance gouvernementale
VPN pour la Suède : surveillance gouvernementale

La loi de la FRA a cependant donné à l’Autorité de la Radio de la Défense Nationale (Försvarets radioanstalt , FRA) le pouvoir d’écouter sans mandat tout le trafic téléphonique et internet qui traversait les frontières de la Suède « pour lutter contre les menaces étrangères ». Suite à la protestation publique au sujet de cette législation, la loi FRA a été rapidement modifiée pour exiger une ordonnance du tribunal au cas par cas.

Cependant, bien que la surveillance de la loi de la FRA ne soit censée viser que les communications transfrontalières, il existe de nombreuses preuves que, comme avec ses partenaires NSA et GHCQ, la FRA l’a utilisé pour la collecte en masse de données sans discrimination. En outre, des documents obtenus auprès d’Edward Snowden montrent que la Suède s’est associée à la NSA et à GHCQ dans leur alliance « Five Eyes » et transmet librement les informations recueillies à ses amis d’espionnage.

De plus, en novembre dernier, le magazine suédois Ny Teknik a révélé que le gouvernement avait l’intention non seulement de permettre à la FRA, mais aussi à la police, aux autorités douanières et aux autorités fiscales, de surveiller tous les courriels et appels téléphoniques. En temps réel, dans un mouvement qui écoute efficacement tout le monde sans mandat tout le temps. Des détails sur le paiement des factures de télécommunications et le nombre de téléphones portables de l’UPK (permettant à la police d’activer une carte SIM sans code PIN de l’abonné) seraient également disponibles.

Piratage du droit d’auteur

Sans surprise, le piratage du droit d’auteur est très populaire en Suède, en particulier chez les jeunes, et dans le passé les lois ont été assez laxistes à ce sujet. Cependant, en 2009, la Suède a transposé la directive de l’UE sur l’application des droits de propriété intellectuelle (IPRED) dans la législation locale (une contestation judiciaire pour des raisons de droits de l’homme a été annulée par la Cour européenne de justice en 2012).

La mise en œuvre locale de la loi permet aux personnes qui partagent des fichiers lourds d’être emprisonnées et oblige les FAI à remettre les détails des suspects sur une ordonnance du tribunal. La mise en œuvre suédoise de l’IPRED n’empêche cependant pas les délinquants d’accéder à internet et les tribunaux suédois ont jugé que le droit à la vie privée de ceux qui sont soupçonnés d’appartenir à des fichiers occasionnels dépasse les intérêts des détenteurs de droits d’auteur.

Les utilisateurs suédois ont commencé à adopter le VPN pour continuer le téléchargement P2P comme auparavant, et l’application de l’IPRED est susceptible de devenir extrêmement difficile. Pour les étrangers visitant ou résidant dans ce pays, il convient d’utiliser un VPN pour la Suède.

La censure

La Suède est un pays très libre, et la censure sur internet est minime. En vertu de la loi sur la responsabilité des communications électroniques, les prestataires de services doivent supprimer les informations relatives à des actes tels que l’instigation à la rébellion, l’agitation raciale, la pornographie enfantine et la description illégale de la violence. Bien que, en tant que membre de l’UE, la Suède doive appliquer la décision récente de la CJE sur le « droit à être oublié » et que, par conséquent, certains résultats des moteurs de recherche doivent être supprimés.

Contrairement à de nombreux autres pays européens, aucun blocage de sites web censé promouvoir la violation du droit d’auteur n’est effectué en Suède.

The Pirate Bay

L’un des sites les plus célèbres de Suède, The Pirate Bay (TPB), est probablement la principale raison pour laquelle la Suède a une réputation d’avoir une attitude libre et tolérante à l’égard de la violation du droit d’auteur.

Fondé en 2003, The Pirate Bay a perturbé les efforts internationaux d’application du droit d’auteur, grâce à la protection des lois suédoises. Les choses ont commencé à devenir difficiles en 2006, quand la police a exécuté un raid de serveur, incité par des allégations de violations de copyright, qui a fermé le site web pendant trois jours.

The Pirate Bay
The Pirate Bay

En 2009, le même juge qui a ordonné le raid des serveurs a déclaré que les fondateurs de The Pirate Bay, Peter Sunde, Fredrik Neij, Gottfrid Svartholm et Carl Lundström étaient coupables d’« aide à la violation du droit d’auteur » et condamnés à un an de prison et paiement d’une amende de 30 Millions de SEK (environ 4 200 000 USD).

Le site a été mis hors ligne en 2010 en raison d’une injonction contre son fournisseur de bande passante, mais un autre fournisseur suédois (PRQ) a accepté de l’héberger, ce qu’il fait encore. Au cours de l’année 2013, grâce aux efforts de l’organisation néerlandaise antipiratage BREIN, le nom de domaine TPB a été saisi à plusieurs reprises, obligeant The Pirate Bay à utiliser des noms de domaine basés à divers endroits dans le monde. En décembre 2013 cependant, le domaine est retourné à thepiratebay.se, où il espère rester pendant un certain temps. Il est conseillé de souscrire à un VPN pour la Suède pour utiliser The Pirate Bay.

VPN pour la Suède

Comme nous l’avons noté précédemment, grâce à IPRED, l’utilisation des VPN est populaire en Suède, et grâce au fait que la Suède n’a jamais appliqué la DRD aux fournisseurs VPN, elle reste un endroit très populaire pour les fournisseurs internationaux de serveurs VPN.

L’attitude du gouvernement qui harcèlent les FAI pour permettre une surveillance globale en temps réel est inquiétante, bien que le fait que les sociétés VPN pour la Suède tels que Mullvad et iPredator sont très peu enclines à se plier à une telle pression gouvernementale.

Pour ceux qui veulent effectuer des téléchargements P2P et protéger leur vie privée, la Suède constitue donc une excellente base pour les fournisseurs et les serveurs, bien que si un niveau élevé de confidentialité est nécessaire, alors il est probablement préférable de choisir un VPN pour la Suède sans liens vers l’Europe ou les États-Unis comme IPVanish (voir notre test IPVanish).

Découvrez le site de IPVanish

RangLire les tests des VPNPrixVisiter le Site
No 1Test Hidemyass VPN$4.99VISITER SITE
No 2Test IPVanish VPN$7.50 VISITER SITE
No 3Test Private Internet Access$6.95 VISITER SITE

PARTAGER

Laisser un commentaire