Accueil Sécurité Internet et Ordinateurs Actualité VPN 2016 : une année cauchemardesque pour la confidentialité numérique

2016 : une année cauchemardesque pour la confidentialité numérique

PARTAGER

Depuis les révélations d’Edward Snowden en 2013, les gouvernements du monde entier ont succombé à une épidémie de surveillance inquiétante et menacent la confidentialité numérique. En 2016, cette tendance inquiétante s’est poursuivie. De nombreux pays ont adopté des lois pour permettre aux agences de renseignement de surveiller légalement les citoyens. La confidentialité numérique, autrefois considérée comme un droit humain ineffable, est maintenant quelque chose que les gens sont en train d’abandonner.

Le contexte de la confidentialité numérique

Le terrorisme permet aux médias de peindre une image en noir et blanc du monde. Les gouvernements nous disent que si l’on n’est pas un terroriste, on n’a rien à cacher. Dans un tel contexte, les gouvernements doivent espionner légalement tout le monde. Quiconque est en désaccord est « antipatriotique », pour ne pas vouloir aider dans la lutte contre l’ennemi commun.

Aux États-Unis, il n’y a pas moins de 17 agences de renseignement différentes. Elles travaillent toutes pour espionner les citoyens américains et étrangers. De nouvelles preuves révèlent la poursuite de la surveillance illégale par la NSA du Brésil.

Le contexte de la confidentialité numérique
Le contexte de la confidentialité numérique

Des accords comme Five Eyes, Nine Eyes et 14 Eyes permettent le partage de données à travers les agences de renseignement du monde entier. Il en résulte des partages de données entre des agences telles que le GCHQ du Royaume-Uni et le Bundesnachrichtendienst (BND) allemand. Ces accords permettent souvent aux organismes d’obtenir des données qui auraient autrement été illégales.

La confidentialité numérique en 2016

Janvier
En janvier, les militants des droits de l’homme et l’industrie de la technologie ont vivement critiqué une loi chinoise qui est entrée en vigueur. Elle oblige les FAI et les entreprises de technologie à aider le gouvernement à lutter contre le terrorisme en fournissant un soutien technique pour le décryptage. Dans le passé, l’Occident aurait été en désaccord avec cette politique. Malheureusement, en Occident, c’est quelque chose qui est en forte augmentation.

Février
En février, la Pologne a adopté une loi permettant aux services de police et de renseignement d’accéder aux données des citoyens sur internet, sans mandat. Cela inclut les connexions téléphoniques, les métadonnées, la géolocalisation, les connexions, les contacts, les profils internet et les historiques de navigation web. La loi va beaucoup plus loin que ne le permet la directive européenne sur la conservation des données (qui a été jugée par la Cour de justice européenne en 2014 pour nuire au droit à la vie privée). En outre, la loi permet la surveillance des personnes pendant 18 mois dans le secret. Cela pourrait compromettre la sécurité des sources et des informateurs des journalistes.

Avril
En avril, la Turquie a adopté une loi sur la protection des données qui a transformé le pays en un État de surveillance. La loi utilise des exemptions pour donner à la police et aux services de renseignement un accès illimité aux données des citoyens. Le gouvernement peut recueillir des données concernant notamment la race, l’appartenance ethnique, les convictions politiques, la religion, l’appartenance à des organisations, la santé, l’orientation sexuelle, le casier judiciaire, l’information relative à la sécurité et la biométrie. Les exemptions permettent de recueillir les données sans mandat si elles visent la sécurité nationale.

Juin
En juin, l’Éthiopie a adopté une loi sur la cybersécurité qui interdit un certain nombre d’activités en ligne. Il s’agit notamment de la diffusion de la parole diffamatoire, du spam et de la pornographie. La loi a des peines extrêmement élevées (jusqu’à dix ans de prison). Beaucoup estiment que la loi rend très dangereux de remettre en question les autorités et sert à proscrire l’opposition politique. La loi force également la conservation obligatoire des données pendant un an.

Juillet
Le 7 juillet, le président Poutine a signé un certain nombre de lois. Elles permettent au Kremlin d’écraser l’opposition politique et de forcer la conservation obligatoire des données. Beaucoup pensent qu’elles seront utilisées pour intimider l’opposition pendant les élections. Les lois permettent également l’emprisonnement de toute personne trouvée à inciter des sentiments anti-gouvernement en ligne.

La confidentialité numérique en 2016
La confidentialité numérique en 2016

Octobre
En octobre, la France a mis en place la base de données TES. C’est la base de données la plus intrusive de l’histoire française. TES stocke les données (y compris la biométrie) de chaque citoyen français âgé de plus de 12 ans.

Novembre
Le 7 novembre, la Chine a adopté sa nouvelle loi sur la cybersécurité. La loi ajoute la Chine à la liste des pays dont la conservation obligatoire des données est imposée au niveau du FSI (pour six mois). Elle multiplie par deux la population des citoyens du monde entier qui peuvent être numériquement espionnés par les gouvernements, de 1,067 milliard à un total de 2,424 milliards de citoyens.

Décembre
En décembre, la peur des « fausses nouvelles » a mené à l’adoption de la Loi sur la désinformation et la propagande de la lutte antiterroriste. Elle permettra au gouvernement américain d’exercer un contrôle plus totalitaire sur la diffusion des nouvelles dans le pays. Elle permet également la censure des médias lorsque cela est nécessaire. La loi signifie que la liberté d’expression et la confidentialité numérique sont menacées. Rappelez-vous que Obama a déjà adopté une loi en 2012 qui a légalisé la propagande.

Un VPN pour la confidentialité numérique

De nombreux citoyens soumis à des lois de conservation des données envisagent d’utiliser un service VPN. En effet, un VPN comme Hidemyass (voir notre test Hidemyass) fournit un cryptage fort et d’excellentes politiques de confidentialité. Les meilleurs VPN du marché cryptent les données en utilisant un cryptage OpenVPN. Cela signifie que les FAI sont incapables de surveiller les utilisateurs pour le gouvernement. Cela donne à l’utilisateur beaucoup plus de sécurité et de confidentialité numérique.

Visiter le site de Hidemyass

PARTAGER

Laisser un commentaire